03 juillet 2007

Houria, un racisme devenu trés ordinaire.

008184_6_2_1Pour savoir comment des hommes de gauche penchent à droite, il vous suffit d'écouter Bernard Guetta, le matin, sur Farce Inter.
Par contre si vous souhaitez comprendre comment l'extrême gauche passe à l'extrême droite, il faut vous forcer à supporter la faconde indigeste de l'indigène, Houria Bouteldja.
C'est le mors au dent, la bave aux lèvres et affublée le plus souvent d'un poulpe sur la tête, qu'elle a pris l'habitude de chroniquer l'actualité sur le plateau cool et banché de l'émission "ce soir ou jamais".
Houria bouteldja c'est la décrépitude de la pensée de gauche, statufiée, marbrée dans le bronze du relativisme culturel et de l'ethnnicisme trés post-moderne de la gauche qui pense bien.

Elle a ainsi pu expliquer à plusieurs reprises dans cette émission que le Hamas et le Hezbollah étaient deux mouvements géniaux, que s'attaquer à l'intégrisme islamique, c'était être islamophobe et que les français "blancs" étaient racistes par nature.

Le 21 juin dernier, à l'occasion de la dernière émission présentée par le sémillant Frédéric Taddéï, la prétentieuse  aux zygomatiques ligaturés a eu tout le loisir de démontrer l'étendue de son dérèglement mental. Pour conclure l'une de ses envolées colèriques, l'inconsistante indigène n'a rien trouvé de mieux que de déclarer : "Il faut rééduquer le reste de la société... la société occidentale. Nous, on les appelle les sous-chiens ( ou souchiens), parce qu'il faut leur donner un nom : les Blancs !"

Evidemment les esthètes de l'émission se chamaillent encore sur les réelles intentions idéologiques, politiques et philosophiques, d'une pensée aussi profonde qu'un cul-de-basse-fosse. 

" Ecoutez-là, disent-ils, elle est représentative du malaise des Banlieues que la France républicaine, par nature raciste et coloniale, ne veut pas voir... par ses provocations, elle brise le silence et le politiquement correct qui mine la France fasciste." Pleurnichent les médiocres.

" Par ses fulgurances, elle dessine, comme une artiste de la rhétorique, la nature du mal qui touche à la souche les gaulois perclus d'outrecuidance colonialiste. En désignant la blancheur épidermique des coupables, elle pose un éclairage frontal sur l'ombre de nos perfides mauvaises pensées... ce n'est donc pas sous-chien qu'il fallait entendre dans la harangue salvatrice de la valeureuse Houria Bouteldja, mais souchien." insistent comme des aveugles maladroits ses admirateurs cultivés.

On est toujours étonné par la dialectique déployées avec énergie par nos sophistes modernes, mais, pour celui qui sait la regarder en face,  ce n'est que la marque de l'impuissance inhérente à la sotise, et le signe de la gêne profonde des imbéciles.
Car, une fois de plus, les belles âmes de la gauche se seront distinguées par leur silence complice et l'indignation hémiplégique qui les condamne au mutisme.

Imaginez un peu qu'un politique (ou assimilé) "blanc" ose traiter les "noirs", les "arabes" ou toutes autres "minorités" de cette manière...  illico " Pas touche à mon pote", " Plus jamais ça", et "F comme Fasciste" se seraient donnés rendez-vous pour une Kermesse antifasciste République-Bastille.

La gauche, a qui il reste comme seul socle idéologique un antiracisme différencialiste, est aujourd'hui bien démunie pour répondre aux balivernes dangereuses des Indigènes de la république. Car ce sont ses trahisons aux valeurs universalistes qui ont fait le lit d'Houria, de Dieudonné & Co.

Cette gauche devait  payer le prix fort... aujourd'hui c'est nous qui réglons l'addition... et Sarkosy pour 5 ans, c'est un peu cher.

Chut, la gauche dort encore.


Posté par luette à 10:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Houria, un racisme devenu trés ordinaire.

    Croyez-vous pouvoir nous enfumer longtemps à coup "d'universalisme abstrait" et de pratiques des plus troubles.... La France à une conception "racialiste" de la nation, conception qui est partagée tant par la gauche que par la droite...Dans l'inconscient collectif, un Antillais, qui est français depuis quatre cents ans [au plan juridique], n’est pas français [au plan de l’identité nationale], c'est un noir....Si communaiutarisme , il y a, c'est d'abord un "communautarisme blanc", un vieux réflexe colonial profondément ancré dans la cervelle des francaouis souchiens, qui postule qu'ils sont de vrais français, des français "légitimes", qui ont une ascendance "naturelle" (civilisationelle) sur les français non-blancs, qui pour eux ne sont que des français de papier, des sous-citoyens qu'au mieux on tolère "magnanimement", lorsqu'elle sait rester à sa place... Et tout cela se dissimule sous un discours de façade sur la "République", la "Laïcité", les "Droits de l'homme", en total décalage(le décalage devient de plus en plus criant! ) avec le réel concret et pratique... Ceux qui font semblant de ne pas voir cela sont des fumiers qui défendent leurs prébendes!


    PS : Pour les adeptes de Finky, la Hyène sioniste, on ne vous a pas entendu commenter sa ses propos sur l'équipe de France ("noir, noir, noir"), qui eux étaient des propos clairement racistes pourtant... On sait pour qui vous roulez...

    Posté par bob, 12 juillet 2007 à 15:54 | | Répondre
  • "On sait pour qui vous roulez..."...pour Chevènement ou Fabius bien sûr, ultra americanosionistes franc-mac devant l'Eternel comme tout le monde sait...

    @luette
    Sur Daily, on entend clairement Bouteldja se reprendre ainsi : "Les Français de ss enfin les souchiens"...je ne comprends pas l'intérêt de cette polémique...c'est même contre-productif...il y a largement de quoi faire sans avoir besoin d'avoir recours à la mauvaise fois !

    Posté par sim, 15 juillet 2007 à 20:59 | | Répondre
Nouveau commentaire